Partage cet article sur

Le référencement naturel pour les nuls

Temps de lecture
30 minutes

Sommaire de cet article

Comment on fait pour référencer un site ? Question qu’on m’a souvent posée. Question que je me suis aussi posée. Aujourd’hui, je m’attaque à dur lourd : expliquer le référencement naturel pour les nuls.

C’est une vaste mission. Parce que l’animal SEO est coriace : tu entames une action aujourd’hui, tu vois le résultat 6 mois plus tard. Il n’y a rien de plus déconcertant.

Et la mission est d’autant plus vaste que l’article va être long… Et indigeste si tu le lis d’une traite ! Du moins c’est le risque. Je t’invite à lire la première partie et appliquer les conseils que je t’aurai préconisé. Cela fait, tu peux revenir pour lire la seconde et ainsi de suite.

Ici, tu vas avoir la bible complète pour référencer facilement ton site sur Google et de façon naturelle. Je suis d’un naturel radin, alors le référencement payant, très peu pour moi ! Et j’imagine que si tu es ici, c’est que toi aussi 😉

1. Pour en finir avec les idées reçues sur la SEO

Je vois régulièrement bon nombre de gens, dont certains sont mes clients, qui sont encore dans le référencement à papa. Comprends qu’ils ont encore des concepts qui datent d’il y a 15 ans… Voire plus !

Or si tu veux correctement référencer ton site, tu dois absolument commencer par sortir de ces concepts révolus de la SEO. Soit tu les connaissais, et dans ce cas cette partie va te faire un bien fou, soit tu les ignorais et dans ce cas cette partie va t’éviter de commettre des erreurs.

SEOa. Un nouveau site n’est pas en soit quelque chose de mieux pour le référencement

J’ai eu le cas qui s’est présenté récemment avec un client. Il me commande une nouvelle version de son site et quelques jours après l’avoir publié, le trafic tombe en chute libre.

Il me dit alors qu’il pensait que son trafic allait monter et ne comprends pas. Moi non plus d’ailleurs, car j’avoue avoir été désorienté au moment il m’a annoncé cette chute. Et du coup, il pense que ma programmation est responsable de cette situation.

Un temps j’y ai cru. Mais en fait, c’était dû à un tout autre facteur (des mauvaises redirections suite à une mise à jour de la base de données).

Cela dit, si tu penses qu’avoir un nouveau site va booster ton trafic, c’est majoritairement faux. Je dis “majoritairement”, car en effet, si tu fais la promo de la nouvelle version de ton site la semaine de sa sortie, tes visites vont naturellement augmenter. Mais si à terme tu n’en fais pas plus qu’avant, ce nombre de visites va se tasser pour revenir à son niveau normal.

Parallèlement, sauf si tu fais des grosses erreurs techniques, les visites ne vont pas baisser suite à la sortie d’une nouvelle version de ton site.

Donc ne pense que pas qu’un nouveau site va influer sur le référencement sur Google.

b. Se positionner sur des mots-clés une fois l’article publié

Je côtoie cette idée reçue très régulièrement. Je ne compte plus le nombre de mes clients qui pensent qu’ils peuvent référencer leurs articles une fois ceux-ci publiés. Et ils me demandent de se positionner sur tel ou tel mot-clé.

Cette stratégie ne fonctionne que pour le référencement payant. Oublie le naturel avec cette technique. Elle ne fonctionne plus depuis bon nombre d’années. Elle était valable lors des heures de gloire des forums et des annuaires.

Désormais, il faut penser les mots-clés avant l’écriture de tes articles. Ensuite, il faut faire une recherche sur le net à l’aide d’outils en ligne (payants ou gratuits) pour voir leur ranking sur Google, et les suggestions d’autres mots-clés qui peuvent être faites. Et enfin, une fois la liste de mots-clés arrêtée, tu peux commencer à rédiger ton article en insérant de façon harmonieuse tes mots-clés dans le texte.

Voilà la méthode de base à suivre si tu veux faire du référencement naturel. Je te l’expliquerai plus en détails dans les parties à suivre.

c. Croire en des logiciels SEO magiquesmagie SEO

Alors il faut aussi arrêter avec cette croyance comme quoi il existe des logiciels de référencement avec lesquels tu appuies sur un bouton et hop, ton site est en 1ère position sur Google.

Ca n’existe pas, même en rêve. Et si jamais on tente de te refourguer un tel logiciel, ne réfléchis pas, c’est une arnaque.

Les logiciels ou les plateformes en ligne SEO vont te fournir essentiellement :

  • Des métriques sur le ranking de ta page, le potentiel de tes mots-clés, etc.
  • Des suggestions de mots-clés
  • Des suggestions de sujets
  • Des métriques sur la qualité de ton contenu
  • Un audit technique de ton site par rapport au SEO bien évidemment

Mais ils ne te feront jamais du référencement à la one again en un clic et sans réglages.

2. Sois raccord avec les conditions techniques

Le codage de ton site est une base fondamentale pour le référencement sur Google. Attention : je ne dis pas qu’un bon codage va tout faire, je dis qu’il va préparer le terrain.

Bien entendu, meilleur sera ce codage, mieux ce sera pour l’apparition de ton site sur Google. Et la réciproque est aussi vraie !

Donc je vais parcourir dans cette partie les différents points sur lesquels tu dois te pencher pour que ton site soit copain avec Google. Si d’aventure tout ce que je vais écrire ici est pour toi l’équivalent d’un texte littéraire écrit en Autrichien du XIVème siècle, je t’invite à prendre contact avec moi pour que je fasse un diagnostique de ton site.

a. La vitesse du site

Si la technique n’est pas ton fort, il convient malgré tout de t’assurer que ton site charge rapidement.

C’est indispensable pour ton référencement.

Pourquoi ?

Es-tu capable de rester sur un site dont ne serait-ce que la page d’accueil se charge en 45 secondes chrono ? Moi non et l’écrasante majorité des internautes non plus.

Si les gens fuient ton site pour cette raison, forcément son référencement sera pénalisé, y compris par Google-même, car son algorithme détecte (et donc pénalise) les sites qui sont lents.

Alors quel(s) outil(s) utiliser pour avoir une mesure cohérente du temps de chargement ?

Tu oublies ton chronomètre, pas assez précis. Tu oublies aussi le Page Speed de Google. Parce qu’à mon humble avis :

  1. Il est aussi sévère que Monsieur Carle, mon prof de maths de 5ème, qui me mettait des 8/20 alors que j’en valais 13
  2. Il te fournit un score d’appréciation en pourcentage, alors que là ce qu’on demande c’est une évaluation du temps en secondes

Bref, le Google Page Speed, je n’aime pas.

Ce que je te conseille en revanche, c’est Dareboost. Déjà côté note globale, cette plateforme est beaucoup plus gentille que son concurrent, et surtout beaucoup plus objective. En effet, quand tu as un score de 15% de Google Page Speed, tu t’imagines que ton site va à la même vitesse qu’un épisode de l’inspecteur Derrick. Et en fait il n’en est rien.

Avec Dareboost, la notation est beaucoup plus cohérente: si on parle de pourcentage, Google me note donc à 15% quand Dareboost me donne 66%. Et de plus, elle est exprimée en seconde, ce qui est la moindre des choses lorsque tu effectues un test de vitesse.

technique SEO

Et tu as un rapport qui t’indique concrètement comment résoudre les différents problème. A noter que Dareboost possède une version gratuite qui te donne droit de faire 5 audits de vitesse par mois, ce qui est en théorie largement suffisant pour tes besoins.

Cela dit considère que si la vitesse de chargement de ta page :

  • Est au-dessus de 10 secondes, c’est l’alerte rouge. Ta page est trop lente et fait fuir les visiteurs. Tu dois absolument aller en-dessous de cette limite.
  • Est entre 5 et 10 secondes, c’est bien, mais regarde si tu peux améliorer ce score.
  • Est en dessous de 5 secondes : alors là bravo, ta page est rapide à se charger, tu n’as rien à améliorer.

b. Les balises h

Bon nombre de blogs et de vidéos sur la SEO vont te faire le même conseil : il faut que tu respectes la hiérarchie des balises de titre (en html donc), et qui sont notées h1, h2, h3, etc… Et enfin h6.

Bref, ton titre principal doit être concaténé dans la balise h1 sur chaque page / article de ton site, les sous-titres principaux seront en h2, etc.

Souvent d’ailleurs, il est rare qu’une page aille au-delà de la balise h3 (le sous-sous-titre).

c. Le fichier robots.txt

Alors il faut aussi arrêter avec cette croyance comme quoi il existe des logiciels de référencement avec lesquels tu appuies sur un bouton et hop, ton site est en 1ère position sur Google. C’est juste une légende. Soit tu fais du référencement payant et tu paies des pubs sur Google Ads, soit tu fais du référencement naturel.

Le véritable point de départ pour référencer ton site sur Google, c’est le fichier robots.txt. C’est lui qui va dire à Google où il a le droit de passer sur ton site pour indexer ton contenu.

Si tu es sur WordPress, tu as le fameux plugin Yoast pour régler automatiquement ce fameux fichier.

robotsVeille bien à ce qu’il soit correctement paramétré, à savoir :

  • Que tout ton contenu qu’il faut référencer soit correctement configuré par rapport à ce fichier
  • Que tout ton contenu confidentiel et celui qui est inutile au référencement, soit verrouillé à l’indexation encore une fois sur ce fichier robots.txt

Concernant ce dernier point, nous verrons tout cela en détails dans la partie 7.

d. Le fichier sitemap.xml

Un autre fichier essentiel pour le référencement sur Google, c’est le fichier sitemap.xml.

C’est en gros un annuaire de ton site, un sommaire.

Pour le générer, encore une fois le plugin Yoast te sera d’une grande aide. Cette doc (en anglais désolé) te permettra de le configurer correctement si tu le souhaites.

Tu peux aussi aller sur la Google Search Console. Dans le menu Sitemaps, il te suffit de rajouter dans la barre d’adresse pour ajouter un sitemap “sitemap.xml” et d’envoyer le tout.

Et la Search Console va faire tout le travail en te créant le fichier et en l’intégrant dans son système de référencement.

sitemap.xml Google Search Console

Si tu as besoin d’aide par rapport à ce sitemap, tu trouveras bon nombre de tutos sur Youtube qui te montreront comment faire.

A noter que le sitemap.xml n’a rien à voir avec le sitemap d’un site, c’est-à-dire une page de ton site où se trouve tout son index. Celui-ci, s’il peut être utile à tes visiteurs, ne sert en rien à ma connaissance pour le référencement.

e. Publie régulièrement du contenu

L’autre légende sur le référencement, c’est de croire que tout va bien se passer pour un site de 4 pages statiques. Sauf si tu es dans une niche en or et que les mots-clés sont en diamant, oublie ce concept.

Faire du référencement naturel revient à publier régulièrement des nouveaux articles (ce qui sous-entends que tu aies un blog).

Ceux-ci doivent être le plus complet possible, tout comme l’article présent que tu es en train de lire. Eh oui ça fait du boulot, car comme tu vois, les sujets doivent être écrits comme de véritables mini encyclopédies, à l’instar d’un article de Wikipédia consacré à Molière ou à Gérard Depardieu.

publier du contenuDe ce fait, oublie les articles bâclés de 400 mots survolant vaguement un sujet donné.

Pour publier aujourd’hui un article qui tienne la route sur Google c’est 1500 mots minimum, et tu dois répéter l’opération idéalement une fois par mois.

Maintenant que tu es au courant, tu sais à quoi t’en tenir !

f. Le code de tracking Google Analytics

Il est important d’insérer le code de tracking de Google Analytics dans la balise head de ton site.

Il se trouve dans la rubrique “administration” du compte du site sur Analytics.

Tu as des plugins sous WordPress qui te permettent de l’intégrer facilement, si ce n’est pas tout simplement une option de ton thème qui le permet.

Il est absolument indispensable que tu intègres ce code. Sans celui-ci, tu ne sauras pas combien tu as de visites sur ton site, sur quelles pages vont tes visiteurs, depuis quels canaux ils sont arrivés, etc.

Bref, tu es aveugle. Pas facile ainsi d’améliorer ton référencement.

3. Anticipe les tendances

Savoir anticiper les tendances, c’est te garantir toutes les chances d’avoir des articles qui rankent sur Google.

Alors qu’est-ce que les gens aiment ou veulent dans l’instant présent ? C’est ce que nous allons voir dans cette partie.

a. Answerthepublic

Answerthepublic, c’est le site de référence pour anticiper toutes les tendances du net. Tu es en manque d’inspiration ? Tu ne sais pas si ton sujet va intéresser les internautes ? C’est ici que tu dois aller.

Le site est en anglais certes, mais il est assez simple et intuitif à utiliser. Et puis ne t’inquiète pas, tu peux cibler tes recherches exclusivement sur la France, ce qui va être vraisemblablement ton cas si tu lis cet article.

Answerthepublic feng shui

Answerthepublic, c’est un moteur de recherche pour savoir quelles questions se posent les gens par rapport à un sujet donné.

Si par exemple tu prévois d’écrire un article tournant autour du feng shui, il te suffit d’entrer ces deux mots dans le formulaire de recherche, et là le site va te générer les grandes tendances qui tournent autour de ce sujet, par exemple :

  • Feng shui c’est quoi ?
  • Feng shui est-ce que ça marche ?
  • Qu’est ce que le feng shui traditionnel ?
  • Feng shui pour attirer l’amour

Tu n’as plus qu’à te baisser pour cueillir le ou les sujets qui te plaisent. Je te précise qu’Answerthepublic est totalement gratuit, donc tu peux te lâcher ! Tu as même la possibilité d’exporter le résultat de ta recherche en CSV.

tendances du feng shui

b. Quels sont les mots-clés qui rankent sur ton site ?

Et on revient sur la Google Search Console ! Je savais qu’elle te manquait… Sans rire, la Search Console  beaucoup ignorent son existence, voire se disent qu’elle ne sert pas à grand chose. Et pourtant c’est THE OUTIL pour améliorer le référencement naturel de ton site.

En un clic, plus précisément dans le menu performances, tu obtiens tous les mots-clés qui ont servi à trouver ton site depuis Google. Vlà ! Et tu n’as aucun réglage à faire, aucun diplôme en ingénierie à passer. La seule limitation est d’avoir un site qui ait à mon avis au moins un an d’existence avec des publications régulières pour avoir des métriques cohérents.

De fait, en récupérant ces mots-clés, tu sauras forcément des idées de sujets qui viendront, ou du moins de contenus. Et je t’encourage vivement à combiner cette astuce avec celle d’Answerthepublic développée dans la sous-partie précédente.

la recherche vocale4. La longue traîne

La longue traîne est, depuis la seconde moitié des années 2010, le nouveau moyen de référencer tes articles sur Google. Les anciens concepts, que nous allons voir dans cette partie, sont has been.

Sans compter que la longue traîne va te permettre aussi d’apparaître dans les résultats de recherches vocales. Tu sais que cette méthode se développe de plus en plus.

Bref, si tu veux être correctement référencé en 2021, 2022 et après, tu as plutôt intérêt à ne pas zapper cette partie.

a. Qu’est-ce que la longue traîne ? 

La longue traîne n’a absolument rien à voir avec les robes de mariée.

Il s’agit en fait d’une suite de mots qui ont un sens logique. Par exemple ce n’est pas “salle sport Bordeaux” (ça ce sont les mots-clés à l’ancienne), mais “la meilleure salle de sport sur Bordeaux”.

Un positionnement sur ce type de mots de longue traîne va garantir une excellente position sur Google à tes contenus. Je vais t’expliquer dans les sous-parties qui suivent comment on fait pour les trouver ces satanés mots-clés de longue traîne.

b. Le référencement à papa

Autrefois, c’est-à-dire jusqu’en 2014, on référençait les articles sur Google par mots-clés uniques et sans sens entre eux.

C’était du style “restaurant Vesoul” ou “camping Narbonne”. Aujourd’hui, si ce système n’est pas révolu, il laisse la place aux mots de longue traine.

Or beaucoup sont encore dans le vieux concept du référencement naturel en misant tout sur ces mots-clés de 2010. Il pensent d’ailleurs que le positionnement sur ces mots se fait une fois l’article écrit et publié.

C’est une grossière erreur. Comme je te l’expliquais dans la première partie de cet article, tout se fait en amont et non en aval. Ou alors, il faut oublier le référencement naturel et opter pour du référencement payant en créant des campagnes sur Google Adwords.

c. Comment trouver les mots-clés de longue traîne ?

Et on vient à la question existentielle de cette partie : comment trouver les mots-clés de longue traîne pour tes articles ?

C’est ultra simple et c’est gratuit !

Tu as deux méthodes pour cela, mais avant tu vas lister disons 5 à 10 mots-clés à l’ancienne sur lesquels tu voudrais que ton article apparaisse sur Google.

– Google : il te suffit de rentrer le mot-clé que tu souhaites dans la barre de recherche. Et ensuite tu vas tout en bas et tu vas trouver les suggestions de recherches par Google. C’est exactement ces suggestions que tu dois prendre pour les intégrer dans ton article, si tenté bien entendu qu’elles soient pertinentes par rapport au sujet que tu veux développer. En fait, Google recense les recherches qui sont les plus faites par rapport à un sujet. C’est donc une mine d’or 100% gratis à partir de laquelle tu peux optimiser tes contenus pour la SEO.

recherches associées

–  Answerthepublic : si tu vas sur le site dont je t’ai parlé dans la 3ème partie de cet article, tu vas pouvoir obtenir, juste en-dessous des tendances par rapport à un sujet, les mots-clés de longue traîne. En plus elles sont classées par ordre alphabétique ! Donc tu n’as qu’à faire un copier coller de cette mine d’or.

5. Le netlinking

Le netlinking est un puissant levier pour booster le référencement naturel de ton site sur Google. Il y a eu une paire d’années, des fausses infos (oui je francise le mot “faique niouzes”) circulaient comme quoi Google pénalisait les sites qui s’adonnaient à ce genre de pratiques. Bien au contraire, Google apprécie le netlinking.

Alors qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les stratégies à mettre en place ? C’est ce que nous allons voir dans cette partie.

a. Qu’est-ce que le netlinking ?

C’est tout simplement les liens externes qui pointent sur les pages de ton site. Cela peut être la page d’accueil, mais tout autre page ou bien entendu un article de ton blog.

Et comme tu l’auras compris, plus tu as de liens depuis des sites ou des plateformes (comme les réseaux sociaux) qui pointent sur ton site, plus tu vas pouvoir drainer du trafic, et plus Google va adorer.

b. Contacte ton réseau

La première chose à faire pour améliorer ce netlinking, c’est de contacter les membres de ton propre réseau. Ils auront certainement un site internet, ou bien un profil sur un réseau social, tel que Facebook pour ne citer que lui.

Propose alors un échange de lien. Tu connais la chanson, tu as un lien depuis ton site qui pointe vers celui de ton partenaire et inversement.

contacte ton réseau

J’ai deux conseils à te donner par rapport à cette stratégie. Premièrement et dans l’idéal, contacte les membres de ton réseau dont la thématique qu’ils développent ont un rapport avec la tienne, ou tout du moins une connexion logique.

Deuxièmement, propose un emplacement équivalent où le lien sera placé sur les deux sites respectifs. Par exemple, si toi tu proposes de mettre le lien de ton partenaire dans ta sidebar, il faut qu’il en fasse de même sur son propre site. Je vois bien souvent des gens qui acceptent de mettre le lien de mon site mais dans une page obscure qui reçoit 4 visites sur un an. Alors que dans un même temps, ils me demandent de mettre le leur sur ma home.

Tu comprends bien que l’échange n’est pas équitable et dans ce cas n’est pas profitable pour référencement de ton site. En bref ça sert à rien.

Troisièmement, reviens au bout de quelques semaines afin de vérifier que le lien pour ton site est toujours sur celui de ton partenaire. Là encore, bon nombre de soi-disant partenaires font mine de mettre ton lien et le virent au bout de quelques jours.

Veille donc en résumé à ce que l’échange soit totalement équitable.

c. Contacter des inconnus

A l’instar de la sous-partie précédente, tu peux contacter des inconnus, notamment depuis les membres d’un groupe sur LinkedIn ou Facebook. Mais attention, le taux de retour pour ce type de démarche sera relativement faible, voire quasiment nul.

C’est tout à fait logique, car les gens d’une manière générale font beaucoup plus confiance à ceux qu’ils connaissent qu’à des parfaits inconnus.

d. Propose des infographies

Un moyen totalement méconnu est de créer des infographies. Si tu disposes de statistiques (c’est de toute façon très facile de t’en procurer sur le net), même 4-5, tu peux facilement créer une infographie.

social media marketingPour cela c’est très simple, il te suffit d’aller sur Canva, et de saisir dans la barre de recherche le mot “infographie”. La plateforme va te proposer une pléthore de templates gratuits. Tu n’auras plus qu’à les mettre à jour en fonction de tes besoins.

Ensuite, il te suffit de les publier sur ces réseaux sociaux :

  • Facebook
  • Instagram
  • Mais surtout Pinterest

Tu dois t’appliquer à faire une description texte qui donne envie, et mettre un lien qui va pointer vers ton site. Je te parle de Pinterest, car il présente plusieurs avantages :

  • Tu peux mettre un lien sur chaque épingle
  • Tu bénéficies du référencement de Pinterest et donc attirer la communauté vers ton site
  • Et tu bénéficies aussi du référencement de Google, car celui-ci indexe les épingles Pinterest
  • Sans compter que la concurrence y est beaucoup moins forte que sur les autres réseaux sociaux, et donc tu peux attirer plus facilement des visiteurs vers ton site

Et je conclurai ce point par le fait que les infographies suscitent un fort intérêt de la part des internautes.

Bref, en procédant ainsi, ton site va bénéficier d’un netlinking peu commun et très efficace.

e. Ecris des articles invités

Enfin, et pour revenir aux premiers points sur l’échange de liens, mieux que ces derniers, propose d’écrire un article invité sur le blog de tes partenaires.

Attention, cet article doit être unique (il ne doit pas exister sur ton blog) et de qualité. Si tu ne connais pas les prérequis imposés par ce critère, je t’invite à visiter cette page où tu vas pouvoir obtenir les renseignements souhaités.

En fin d’article, ou en début, tu mets un encart de quelques lignes te présentant, et tu illustres le tout avec ta photo. Et bien entendu tu mets un lien du type “Auteur du blog machin-chose” et qui pointe vers ton site.

Il est vrai que cela demande du travail supplémentaire, mais tu vas pouvoir attirer la communauté du site où se trouve ton article invité vers ton site. C’est aussi ça le netlinking.

Bien entendu, le propriétaire du site pourra à son tour écrire un article invité sur le tien, ce qui te permettra d’avoir un nouveau contenu à l’œil.

articles invités

6. Donne envie de cliquer sur tes liens

Tu as suivi tous mes conseils et tu es arrivé à ce stade : tes pages et tes articles apparaissent dans les résultats de Google. Super.

Mais attends, le référencement ne se termine pas ici.

Car il va falloir que ton titre + le petit résumé qui décrit ton contenu donnent envie aux internautes de cliquer dessus pour aller voir ce qu’il recèle.

Cette partie sera donc consacrée à tout ce que tu dois faire pour rendre tes pages attractives sur les résultats de Google.

Alors je suis désolé, mais ici je vais exclusivement parler de WordPress. Mais je suis sûr que tu trouveras un équivalent si ton site n’a pas été conçu sous ce CMS.

a. Yoast c’est la base sur WordPress

Eh oui, si tu n’as pas ce plugin et que tu es sur WordPress, oublie le référencement naturel sur Google.

Une fois que tu l’as activé, tu vas avoir une nouvelle section qui va apparaître sous chaque page, article, et même bien d’autres sections, et qui va tout simplement s’appeler “Yoast”.

C’est ici entre autre, que tout va se décider quant à l’apparence de ton contenu dans les pages de résultat de ton moteur de recherche préféré.

Yoast SEO La première des choses que tu vas devoir faire, c’est de préciser le mot-clé principal. Celui-ci devra bien entendu se retrouver dans ton titre, dans ton slug et dans contenu (et en quantité suffisante). Yoast te dira si tu as bien fait ton travail et quels sont les points à améliorer.

Cela fait, tu vas devoir définir ton titre, tel qu’il va apparaitre sur Google. Il faudra peut-être le réduire, car Google t’accorde un nombre limité de caractères.

Et ensuite, il faudra renseigner le petit résumé qui est affiché sous le titre. Si tu peux copier tes 2-3 premières lignes de ton article, il faudra certainement le modifier, notamment pour y introduire ton mot-clé principal qui n’y est pas à l’origine. Oui parce que Yoast te demandera de le faire.

Ce résumé sera un peu trop long certainement, ou pas assez compréhensible pour qu’on sache réellement de quoi tu parles dans ton contenu. Là encore tu vas devoir y remédier.

En bref, tu vais devoir être clair et concis pour que les internautes soient incité à cliquer sur ton titre et ton résumé lorsque ceux-ci apparaîtront sur les pages de Google.

Si au début l’utilisation de Yoast peut être un peu longue, au bout de 2-3 articles, tu vas comprendre comment le plugin veut que tu agisses et tu sauras parfaitement bien rédiger tes contenus ainsi que ce petit encart à donner à Google.

Il n’y a rien de très sorcier et c’est malgré tout indispensable pour inciter encore une fois les internautes à cliquer pour venir sur tes contenus.

b. WP KK stars rating

kk stars rating

Ce plugin, que j’ai découvert très récemment, est une merveille. En effet, il va te permettre d’afficher une notation sous forme d’étoiles donnée à ta page ou ton article.

Cette notation, entre 1 et 5 étoiles, apparaîtra sur les pages de résultats de Google juste en-dessous du résumé. Elle se fait directement depuis tes pages et tes articles de blog : l’espace notation est situé tout en haut. D’ailleurs, je l’utilise actuellement pour ce site et tu devrais donc voir cet espace de rating sur l’ensemble des articles.

Et quoi de mieux, surtout si ton contenu est noté 5 étoiles, pour attirer l’œil des internautes et pour donner envie d’aller dessus ?

Cédric Corneloup Pinterest

Alors tu vas me dire que c’est certainement très long pour obtenir des votes, et tu risques d’avoir des trolls qui vont pourrir la notation de tes articles.

Pas de panique !

En effet, le gros avantage est que tu vas toi-même pouvoir te noter 5 étoiles :

  • Depuis tes différents navigateurs de ton ordinateurs : Chrome, Firefox, Internet Explorer, etc.
  • Tu peux reproduire la manœuvre depuis ton téléphone, ton ordinateur portable, ton ordinateur au travail, etc.
  • Sans compter que tu peux demander à ce que tes parents, tes amis, tes collègues viennent sur tes articles pour laisser à leur tour 5 étoiles

KK Star Ratings n’est pas regardant concernant la traçabilité, et n’exige pas non plus qu’on se soit connecté au préalable pour noter un article.

Du coup, tu comprendras que ce plugin est un petit bijou pour rendre tes articles attractifs et les distinguer au beau milieu des autres résultats sur Google.

7.  Ton site doit être intéressant… Oui mais comment ?

Si tu t’es déjà intéressé au référencement naturel sur Google, tu es certainement tombé sur ce genre d’article ou de vidéo qui donne donne ce p…tain de conseil : il faut que tes articles soient intéressants.

Non, sans blague ???!!!

Moi qui croyait qu’en y mettant du contenu totalement pourri, j’allais pouvoir booster mon trafic.

Passé ce coup de gueule déguisé, la question se pose : mais comment savoir si un article intéresse ou non ?

Alors, tu as deux techniques.

a. La technique du doigt mouillé

Jusqu’à présent c’était l’option en vogue. C’est-à-dire que tu écris des articles en fonction de ton inspiration et si tu es chanceux en récoltant du trafic, tu peux dire que oui ton contenu est intéressant.

Tu comprendras que cette option ne repose sur rien. Et malgré tout, il n’y avait que ça à faire. C’est vrai que tu peux toujours faire des sondages auprès de ta communauté, mais ils ne seront jamais objectifs.

Bref, cette technique ne sert à rien et ne peut reposer à mon avis sur aucune stratégie tangible.

b. La technique du ninja SEO

On dit encore merci à la Google Search Console qui nous fournit depuis peu un métrique pour mesurer l’intérêt de tes pages auprès des internautes.

Il te suffit d’aller dans le menu “couverture”. Puis tu sélectionne tout en haut l’option “sitemap.xml” et tu coches “exclues” dans le tableau.

Tu auras tout en bas la liste des catégories regroupant les pages de ton site qui sont exclues par les robots de Google.

Ensuite, tu n’as plus qu’à cliquer sur chacune de ces lignes pour avoir le détails des pages concernées.

Il ne te reste plus qu’à les dépublier.

Pourquoi ?Tout simplement parce que Google pénalise ton référencement si tu as des pages inintéressantes. A titre comparatif, c’est un peu comme quand tu as une plante. Tout jardinier qui se respect sait qu’il faut de temps à autre couper les tiges qui poussent de manière anarchique et les feuilles qui commencent à pourrir. Et si tu le fait pas, c’est l’ensemble de la plante qui risque de mourir.

Eh bien pour ces pages inutiles c’est pareil. Si tu ne les enlèves pas, c’est l’ensemble de ton site qui risque d’en pâtir concernant le référencement.

Maintenant, tu sais ce qu’il te reste à faire 😉

8.  Et pour conclure…

Voilà, ce très long article est terminé.

Si tu suis à la lettre point par point ce que je t’ai expliqué ici, alors tu vas optimiser tes chances d’augmenter ton trafic sur le long terme (eh oui la SEO, c’est du long terme !), et d’améliorer ton positionnement dans les résultats de Google.

En même temps, tu as ici l’ensemble des méthodes utilisées par les référenceurs et qui vont te prendre plusieurs milliers d’euros pour faire exactement la même chose, si toutefois tu cherches à faire du référencement naturel.

Encore une fois, ne crois pas aux solutions miracles, celles qui te promettent de positionner ton site sur Google en un seul clic. A la rigueur, tu peux te fier aux logiciels qui automatisent une ou plusieurs tâches décrites ici.

Si tu cherches des outils, je ne saurais trop te conseiller de t’inscrire sur la plateforme SEMRush ou bien 1.fr.

Tu trouveras facilement des avis sur les meilleures plateformes SEO sur Google (encore lui !).

Maintenant, tu connais le chemin pour te mener au succès… Y’a plus qu’à comme on dit par chez nous 😉