Partage cet article sur

Comment te protéger contre les influences négatives

Temps de lecture
15 minutes

Sommaire de cet article

Quand tu es timide, en manque de confiance ou tout simplement introverti, c’est difficile de compenser l’influence qui nous fait penser négativement. Et comme tout est mental, comment se débarrasser des pensées néfastes qui vont te plomber, même momentanément, l’existence ?

La première chose à faire est de commencer à “éliminer” la peur et l’inquiétude. La peur est la cause de la plupart de nos malheurs et de nos échecs. Tu sais déjà que la peur est une habitude mentale qui nous a été inculquée par les pensées négatives de l’espèce humaine, mais nous pouvons nous en libérer par des efforts continus et une persévérance inlassable.

Un grand espoir agit comme un puissant aimant. Celui qui a un désir ardent et une foi inébranlable en sa réalisation, attire vers lui tout ce qui peut l’y aider – les personnes, les meilleures opportunités, les environnements.

Ainsi, si tu veux que ton désir se réalise, sois optimiste, plein d’espoir, confiant et tranquille.

Il est également vrai que celui qui craint quelque chose déclenche des forces qui provoquent ce qu’il redoute. En fait, comme il attend vraiment la chose redoutée, les énergies subconscientes agissent exactement comme s’il le souhaitait ou le désirait.

Le principe opère dans les 2 cas, le principe est le même.

1. Quelle est la meilleure stratégie pour vaincre tes peurs ?

la meilleure stratégie pour vaincre tes peurs - Cédric CorneloupLe meilleur moyen de vaincre l’habitude d’avoir peur consiste à adopter une attitude mentale courageuse, de même que pour nous libérer des ténèbres nous allumons la lumière ou la laissons entrer. Ceci pour avoir une bonne influence autour de nous.

Ne perds pas ton temps à lutter contre une habitude de pensées négatives en reconnaissant leur puissance et en essayant de les détruire par des efforts considérables. La méthode la meilleure, la plus sûre, la plus simple et la plus rapide est d’admettre profondément l’existence de la pensée positive que tu désires, alors, peu à peu, elle s’implante en toi et devient une réalité objective.

Donc, plutôt que de répéter “Je n’ai pas peur”, dis avec conviction :

“J’ai plein de courage”

ou

“Je suis courageux(se)”,

ou

“En moi est la sécurité”

Pour vaincre la peur, il faut adopter constamment et fermement l’attitude mentale du courage. Il faut penser “courage”, dire “courage” et agir courageusement. Il faut garder en permanence à l’esprit l’influence du courage jusqu’à ce que cela devienne une habitude mentale normale. Maintiens cet idéal solidement devant toi et tu l’atteindras progressivement, ton désir se réalisera.

Laissez le mot “courage” pénétrer profondément dans votre esprit, puis maintenez-le fermement jusqu’à ce qu’il y soit ancré.

Pense que tu es courageux, imagine-toi en train d’agir avec courage dans des situations difficiles. Sache qu’il n’y a rien à craindre, que l’inquiétude et la peur n’ont jamais aidé personne et ne le feront jamais. Rappelle-toi que la peur paralyse l’effort tandis que le courage influence l’activité.

Une méthode que je te recommande est en cas de peur, de te rappeler une personne « modèle » qui possède (ou possédait) les qualités de courage.

Repense à elle ! Essaye d’imaginer sa façon de réagir face à des situations périlleuses. Puis, dis-toi ceci :

– « Si elle était à ma place, comment réagirait-elle ? »

Cette évocation mentale te forgera un mental de gagnant(e) en modélisant cette personne dans tes actes et tes pensées.

2. Change de langage et tout ira mieux !

Le pouvoir des mots existe !

La sémantique est justement l’art d’utiliser le pouvoir des mots. Il est très important de bien comprendre ceci :
– Chaque mot que tu prononces, que tu penses déclenche immédiatement, en une fraction de seconde dans ton cerveau, une réaction biochimique instantanée.
– Les réactions biochimiques de ton cerveau sont étroitement reliées avec ton vécu, ton expérience, tes savoirs, etc.
– L’inconscient collectif expliqué par Jung est aussi associé à ces réactions biochimiques.

Change de langage et tout ira mieuxPar exemple, si tu emploies dans ta conversation des expressions comme :
« Me lancer dans cette aventure, c’est un suicide … »

L’expression « suicide » est à la fois utilisé comme une métaphore, mais aussi… par le langage du commun des mortels qui veut dire « se suicider ».

Or, le cerveau enregistre dans ta conversation des expressions à « double sens ». Lui-même, prend les deux modes d’expression au pied de la lettre et au sens figuré.

Comprends ceci !

Une réaction biochimique se déclenche en permanence dès que tu lis, parles, penses, réfléchis. Aussi, les connexions neurologiques vont « chercher » en une fraction de seconde dans ton passé tout ce qui est associé de près ou de loin avec les mots que tu emploies.

Chaque mot déclenche en toi une puissante réaction positive ou négative - Cédric Corneloup3. Chaque mot déclenche en toi une puissante réaction positive ou négative

Voici le moyen de réduire de manière efficace les effets l’influence négative sur toi-même.

Puisque tu sais désormais que chaque expression, chaque phrase, chaque mot raisonnent dans tes circuits cérébraux instantanément et retentissent sur ton état d’esprit et tes émotions, tu as un outil prodigieux pour te sentir mieux.

Pour cela, il te suffit de trouver des mots qui, même s’ils veulent exprimer ce que tu ressens, de changer leurs « charges émotionnelles ».

Voici quelques exemples :

Expressions à influence négative et à fortes charges émotionnelles :
– « Avec cette quantité de travail, je me sens noyé »

Remarque que le mot « noyé » est ton ennemi !

1 – il évoque sur le plan expérience, l’idée d’étouffement, de suffocation, de malaise.

2 – Sur le plan « inconscient collectif », il suggère la mort par noyade.

Imagine un instant ce qui se produit dans ton cerveau lorsque tu emploies une telle expression… Les souvenirs, les sensations (de suffocations), les évocations (de décès) sont immédiatement enclenchés dans tes connexions neurologiques.

En quelques instants, tu tu retrouves avec des palpitations, des angoisses, des tremblements, de la peur. Bref, tu viens avec une simple expression :
« Avec cette quantité de travail, je me sens noyé »

Comment utiliser les mots qui déclenchent du bien-être - Cédric Corneloup

4. Comment utiliser les mots qui déclenchent du bien-être

Rien de plus simple ! C’est même un jeu qui devient très vite agréable et tu vas apprécier son influence.

Reprenons, si tu le veux bien l’expression précédente et essayons de trouver des mots qui, au contraire, vont déclencher des souvenirs et des réactions biochimiques très apaisantes ou moins fortes.

– « Avec cette quantité de travail, je me sens débordé »
– « Avec cette quantité de travail, je suis trop occupé »
– « Avec cette quantité de travail, je ne sais plus où donner de la tête »

Observe en toi-même comme des expressions différentes (mais qui veulent dire la même chose), déclenchent en vous une « autre » réaction, plus douce, moins agressive.

mots qui te détruisent - Cédric Corneloup5. Repère les « mots qui te détruisent » !

C’est une démarche de tous les instants. Sois attentif à la façon dont tu t’exprimes. Tu remarqueras que bons nombres d’expressions te détruisent.

En voici certaines (j’ai souligné les mots qu’il faut changer) :
– « Je me sens sombrer… »

A remplacer par exemple par :
– « Je me sens décliner , ou affaibli »

– « Je m’enfonce… », »

A remplacer par exemple par :
– « Je suis en phase de pause »

– « j’ai des pensées destructrices », »

A remplacer par exemple par :
– « J’ai des pensées dévalorisantes »

Note que lorsque tu répètes intérieurement les deux expressions, tu notes naturellement que l’une déclenche une forte décharge émotionnelle alors que celle qui lui est substituée est plus adoucie.

Les 4 mots qui peuvent te rendre puissant - Cédric Corneloup

6. Les 4 mots qui peuvent te rendre puissant

Celui qui affirme avec confiance et conviction : “Je veux donc je peux” est un puissant aimant d’influence qui attire à lui tout ce dont il a besoin pour son succès.

Les choses semblent venir à sa rencontre, et les gens disent qu’il est “chanceux”.

En réalité, la “chance” n’a rien à voir là-dedans. Tout est dans l’attitude mentale. La mesure de notre succès dépend de notre attitude mentale. Il n’y a là
aucun mystère. Celui qui dit tout le temps “Je ne peux pas” ou “J’ai peur” aura donc un succès conforme avec cette attitude mentale.

Si tu veux des preuves pour t’en convaincre, il suffit d’observer autour de toi. Remarque que toute personne qui réussit porte en elle cette pensée puissante :

“Je veux donc je peux”.

Elle ne passe pas inaperçue contrairement à d’autres individus dont la pensée dominante est “Je ne peux pas”, et qui sont peut-être plus habiles pourtant.

La première attitude mentale fait ressortir les qualités latentes – que nous possédons tous à l’intérieur de nous-mêmes – et attire l’aide extérieure ; tandis que la seconde n’attire que les personnes et les choses négatives, et en plus elle empêche la manifestation des pouvoirs individuels.

Heureusement que le nombre de personnes qui découvrent cette vérité, et qui adoptent la bonne attitude mentale, augmente chaque jour.

« Ne gâche donc pas la force de ta pensée, mais utilise-la à ton avantage. »

Arrête d’attirer vers toi l’échec, le malheur, les disputes, la tristesse, la mauvaise influence. Commence dès maintenant à émettre un courant de pensées brillantes, positives
et heureuses.

Que ta pensée dominante soit : “Je veux donc je peux”. Pour cela, pense “Je veux donc je peux”, rêve “Je veux donc je peux”, dis “Je veux donc je peux”, enfin agis et vis selon “Je veux donc je peux”.

Ainsi, avant même que tu t’en rendes compte, tu dégageras de nouvelles vibrations dans tes actions. Elles t’apporteront de bons résultats et vous montreront les avantages de ta bonne attitude mentale.

Tu réaliseras que ce qui vient vers toi t’appartient. tu tu sentiras mieux, tu agiras mieux, tu verras mieux, et tu SERAS mieux à
tous points de vue après avoir rejoint le club des :

“Je veux donc je peux”.

L’adage dit : « Lorsque l’on veut, ont trouve toujours un chemin. Lorsque l’on ne veut pas, on trouve une excuse ».

7. Comment exploiter la force de tes pensées

La peur influence l’inquiétude, la haine, la jalousie, la méchanceté, la colère, mécontentement, les échecs et tout le reste. Celui qui arrive à se libérer de la peur trouvera que le reste de la mauvaise influence a aussi disparu.

Le seul moyen d’être libre est de se débarrasser de la peur. Déracine-la.

Pour celui qui souhaite maîtriser l’art de tirer profit des forces de la pensée, la première étape importante à faire est d’éliminer la peur. Tant qu’elle
te dominera, il te sera impossible de progresser dans le royaume de la Pensée.

J’insiste sur le fait que tu dois commencer à travailler immédiatement pour en finir avec cet obstacle. Pour y parvenir, il vous suffit de le désirer
profondément. Tu verras que la vie te semblera totalement différente une fois que tu auras vaincu la peur. Tu te sentiras plus heureux, plus libre,
plus fort, plus positif, et tu réussiras tout ce que tu entreprendras.

Comment exploiter la force de tes pensées - Cédric CorneloupPasse à l’action à l’instant même. Prends la décision de faire PARTIR cet intrus qu’est la mauvaise influence. Ne fais aucun compromis avec lui, mais insiste sur une cession absolue de sa part.

La tâche te paraîtra sans doute difficile au début mais sache que chaque fois que tu résistes à la peur, elle s’affaiblira, et tu deviendras de plus
en plus fort.

Coupez ses vivres et elle mourra de faim – elle ne peut vivre dans un environnement dépourvu de peur.

Commence donc à remplir votre esprit de pensées agréables, énergiques et courageuses. Occupe ton esprit de pensées positives et la peur s’en ira d’elle-même. Le courage est positif, la peur est négative, et tu peux être sûr que le positif triomphe toujours du négatif.

Tant que la peur est quelque part en toi avec ses “mais”, “peut-être”, “j’ai peur”, “je ne peux pas”, etc., tu ne pourras utiliser la force de ta pensée à ton avantage. Mais une fois que tu l’auras détruite complètement, tout marchera comme sur des roulettes, et tu réaliseras tous tes désirs.

8. Le cimetière des ambitions est enterré sous la tombe de la peur

Pense à toutes ces personnes de talents, qui,  parce que la peur les tenaillait au corps n’ont pas entrepris, n’ont pas agis. Réagis ! Ne prends pas de chemins sans
issue. Tu as tant et tant de choses à faire sur cette terre. La peur ne doit pas t’empêcher d’agir et d’avancer.

Si tu cèdes à la peur, c’est alors la peur qui t’anéantira. Réagis ! Il y a en toi des forces et des énergies insoupçonnables pouvant te donner une bonne influence. Tu peux les réveiller en décuplant cet antidote à la peur que l’on nomme : la confiance en soi !

Mise en application

9. Mise en application

Pour mettre en pratique la théorie que tu viens d’apprendre, je te conseille de commencer par faire quelque chose que tu penses pouvoir accomplir si tu n’as pas peur d’essayer.

Fais-le avec courage et tu seras surpris de constater à quel point ta nouvelle attitude mentale éloignera les obstacles de ton chemin, et rendra les choses beaucoup plus faciles que tu ne le penses.

Entraîne-toi sans relâche et tu finiras par obtenir ce que tu désires. Tu peux accomplir et maîtriser beaucoup de choses si tu arrives à te libérer de la domination de la peur. Le meilleur moyen de vaincre la peur est d’affirmer le “courage” et de cesser de penser à la peur. En agissant ainsi, tu habitueras ton esprit à de nouvelles habitudes de pensées, et tu éradiqueras les vieilles pensées négatives qui t’ont empêché d’avancer.

Fais du mot “courage” ta devise et manifeste-le par tes actions. Rappelles-toi que la seule chose à craindre est la peur. Mais il suffit de te montrer courageux(se)
et ferme, et elle disparaîtra.

Et pour aller plus loin, voici comment calmer tes émotions grâce à la méditation (clique sur le lien).